J’ai participé dernièrement au concours « plumes francophones amazon 2016 ». Je voulais vous apporter mon retour pour vous expliquer les points forts et les faibles de ma participation.

Commençons tout d’abord par les aspects négatifs du concours.

  1. L’exclusivité: pour participer, les titres devaient être exclusivement vendus sur amazon en numérique ou papier. Je comprends que ça ait fait peur à certains, notamment aux auteurs proposant ou ayant prévu de vendre sur d’autres plateformes. Ce n’était pas mon cas dans l’immédiat. Je prévois de proposer « La terre des héros » ailleurs sous peu, mais je voulais d’abord commencer simple.
  2. La masse de participants : avec 1107 titres participants, la chance de faire partie des 3 derniers est assez infime (0,20% pour être exact). Se pose alors la question de sortir du lot pour que le lecteur ait envie ne serait-ce que feuilleter votre livre.
  3. L’apport de lecteurs : j’ai malgré tout cherché à comprendre ce que les gagnants avaient « de plus » que les autres, et en particulier que moi. J’ai découvert que les gagnants Gabrielle Desabers, Sonia Dagotor et Arnaud Codeville n’en étaient pas à leur premier roman. Ils possédaient donc déjà un lectorat dès le début du concours.

 

Les points positifs :

  1. La mise en avant des titres participants : en se mettant à la place d’un lecteur qui veut un nouveau roman sans idée précise, il y a de fortes chances qu’il profite d’un concours pour y puiser son inspiration. Participer à ce concours était pour moi l’assurance d’éviter de passer en arrière-plan pendant ce temps. Après, n’ayant pas de deuxième titre, je n’ai pas pu comparer s’il y avait une baisse des ventes durant la période.
  2. KDP select : quitte à promettre l’exclusivité à amazon pendant le concours, autant participer à KDP select. Il s’agit d’un programme qui, contre le monopole de la vente, propose des avantages tels que la bibliothèque de prêt kindle. Vous êtes alors rémunérés à la page lue. Or, en 5 mois, les pages lues dans ce programme représentent 35% de mes ventes.
  3. Encouragement : Si les lecteurs n’osent pas toujours mettre d’avis ou des notes, j’ai trouvé très encourageant d’avoir dépassé la sphère privée dans mes ventes et d’avoir touché des inconnus. Mon livre s’est retrouvé à la 4e page des titres participants, sur 19 en tout.

 

Bilan :

Dès le départ, je ne nourrissais aucune ambition quant à ce concours. J’ai participé « juste pour voir » et en cela, je suis satisfaite du résultat.

L’exclusivité ne m’a pas dérangée, car j’avais prévu de commencer sur amazon pour m’étendre après à d’autres plateformes. J’avais sous-estimé les ventes et les revenus issus de la bibliothèque de prêt. Ça a été la bonne surprise.

En revanche, depuis la fin du concours, je n’ai plus de lectures en ligne. Ce qui me vaut de penser qu’en dehors du concours, ça ne vaut pas le coup de maintenir KDP select (ne souhaitant pas proposer mon livre gratuitement et la campagne publicitaire étant réservée aux anglophones).

Je participerais surement à l’édition de l’année prochaine pour le tome 2. En revanche, je ne participerais pas avec le tome 1 à un concours dans ce genre sur une autre plateforme (Kobo lance le sien en ce moment), en raison de la clause d’exclusivité.

 

En tout cas félicitations aux gagnants et aux participants !